20 novembre 2007

Commun


Les transports sont devenus individuels, mais pas collectifs, et n'ont plus rien de commun, encore moins d'amoureux. Monté à la station Pont des Arts, après avoir attendu 40 minutes un métro, je perds connaissance en arrivant à la sation Cîté. Las et lassé, je me retrouve allongé sur le quai d'un métro qui fait grève, libérant une place à l'intérieur de la rame que chacun s'efforce d'occuper.
Struggle for life.
Je n'arriverai jamais à destination.

5 Comments:

Blogger Juste moi said...

Ben moi qui doit prendre le train jeudi pour Paris... Je n'arriverai jamais à destination et je ne reverrai pas le Pont des Arts.

3:49 PM  
Anonymous Anonyme said...

vous avez eu de la chance qu'on ne vous jette pas sur les voies pour faire de la place

on est prêt à tuer père et mère pour rentrer dans la rame si rare

c'est révélateur finalement une grève des transports

4:58 PM  
Anonymous tf1 said...

vous faites ce que vous avez à faire, c'est bien

9:50 PM  
Anonymous Anne said...

Le charme du Ponts des Arts opère toujours, même après quelques jours d'absence, et me fait passer du rire aux larmes, en une fraction de seconde. Merci.

8:35 PM  
Anonymous Mathilde b said...

Pourvu qu'il n'y ait pas de grève des transports quand je serai à Paris, 3 semaines à partir du 21 juin, donc.

5:05 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home