03 mai 2008

Hormones


Nous nous sommes allongés dans l'herbe, au bord de l'eau du second étang de Ville d'Avray. Il faisait enfin chaud, le printemps agissait sur nos hormones et l'amour nous protégeait du regard des autres. Il n'y avait qu'elle et moi et la légereté de la conversation amoureuse. Quand je lui ai offert un pissenlit, elle a soufflé sur ses aigrettes qui se sont envolées jusqu'au Pont des Arts, puis m'a soufflé: reste là, oui là, embrasse moi encore, oui comme ça, oui.

1 Comments:

Blogger Chris said...

Je me suis promenée sur le fil de vos images et de vos textes sensibles. Je reviendrai, par hasard, sur votre Pont des Arts.
Merci pour votre visite chez moi ainsi que pour le lien, je vous attache également dans ma colonne de gauche

9:14 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home