11 juillet 2008

Vivre


Je remonte le boulevard Saint Michel, depuis le Pont des Arts jusqu'au boulevard Saint-Germain, en poussant ma vie, toute ma vie pliée dans des valises, que j'ai installées sur le chariot; un drapeau italien; un cintre; des sacs.
Toute ma vie tient là.
J'habite entre deux boulevards et un pont.
Vivre.
Je pousse ma vie devant moi.
Et ça monte.

5 Comments:

Blogger Constance said...

Je comprends que tu pousses ta vie devant. Loin de l'italie inhospitalière pour toi et les tiens. La France suivra-t-elle le même chemin ? Alors, il faudra aller loin ... Toujours plus loin ... Mais où ? Existe-t-il encore le pays qui t'acceuillera ?

8:04 AM  
Blogger Le petit monde d'Archie : said...

Des fois, je me demande : N'est-ce pas encore beaucoup trop de valises pour une simple vie ?
Regarde l'escargot, sa coquille lui suffit...

8:23 PM  
Anonymous karine said...

Une vie remisée dans un caddie... Qu'est-ce qui le pousse à avancer, lui? vers quel horizon? Les valises s'amoncellent dangereusement...

4:29 PM  
Anonymous kiji said...

Un texte en accord avec la photo.
Difficile d'avancer quand le chariot chargé du passé veut lui reculer

9:17 AM  
Blogger la Mère Castor said...

C'est la roulotte sans le cheval et toute une vie sur quatre roulettes.

8:33 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home