10 juillet 2008

Sillage

Je m'abîme dans le sillage du bateau de Christine L. qui passe sous le Pont des Art pour rentrer à Bercy à toute allure.
Le fleuve s’ouvre, s’écarte, faisant des ondes dans une logique très mathématique.
Je m’abandonne dans le fleuve ouvert. Et puis il se referme, effaçant l'écume et la trace de mon rêve. Le fleuve s’est reformé, ne laissant que le souvenir d’un désir éphémère. Aucune trace. Pas d’empreinte. Déjà le bateau file sous le Pont au Change, me laissant seul avec mes souvenirs.

1 Comments:

Anonymous Rose B said...

souvent vos photos ressemblent à des tableaux
et l'écume se referme

5:09 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home