21 janvier 2013

Alexandrins

Je sortais de l'Institut, d'un rendez-vous à l'Académie Française avec H. j'allais à présent de l'autre côté, à la Comédie Française. Il neigeait sur le Pont des Arts. On était vaincu par sa conquète. Sous mon parapluie je me souvenais de Victor Hugo. Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche. /Après la plaine blanche une autre plaine blanche. /Le soir tombait ; la lutte était ardente et noire./ Ce n'étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre /: C'était un rêve errant dans la brume, un mystère, /Une procession d'ombres sous le ciel noir. /La solitude vaste, épouvantable à voir, Partout apparaissait, muette vengeresse./ Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse / Pour cette immense armée un immense linceul.
Traverser le Pont des Arts en étant traversé par des Alexandrins.

1 Comments:

Anonymous Tatiana said...

Belle atmosphère, jolie prise !

10:45 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home